Billet d’humeur de Février

Février est le mois le plus court de l’année, c’est sans doute pour cela que je suis en retard, je tape cet article à la dernière minute, mais temps que minuit n’aura pas sonné ses 12 coups rien n’est perdu !

DES NOUVELLES EN BREF

Point météo : Dilemme entre un début de mois « Vive le vent, vive le vent, vive le vent d’hiver » et une fin de mois « Y’a du soleil et des nanas, la la li la la la ! ».

Point moral : C’est fou comme quelques rayons de soleil ont pu m’apporter autant de bonheur, à croire qu’ils ont réussi à faire fondre la monotonie de l’hiver.

Point santé : Pas malade, léger rhume (jaune mais pas pâteux).

Point emploi : Je suis actuellement redevenue stagiaire ! Disons que cela me permet de mettre discrètement ma recherche d’emploi sous le tapis pendant 5 mois et de gagner quelques deniers pour ma pitance.

Petit mois certes mais un petit mois tellement chargé que j’ai frisé l’excédent de bagages.

J’ai officiellement emménagé avec mon officiel concubin, nous vivons donc officiellement à deux (et les cochons d’inde évidemment qui faisaient partie du package). Mes adieux à ma vie de jeune pimpante célibataire, c’est fini les chips à 3h du matin dans mon lit une place à regarder Gossip Girl en jouant à Animal Crossing dans mon pyjama pilou-pilou et ma peluche coincée sous le bras (j’exagère à peine). Je ne vais pas te mentir j’ai eu un petit pincement au cœur en rendant les clés à la madame du CROUS. D’ailleurs petite anecdote (positive) sur mon état des lieux, la madame du CROUS sonne à la porte, elle rentre, elle pose le document d’état des lieux, me tend un stylo et me dit : « Pas la peine de faire le tour, je n’ai jamais eu de problème avec vous en plus de 2 ans, je savais que tout serait nickel, signez ici. ». Alléluia !!! Ma politesse, ma bonne éducation et moi-même sommes enfin récompensées de notre comportement impeccable (en société du moins).

Sinon j’ai passé mon code moto et j’ai une petite anecdote (négative cette fois), je suis convoquée à 9h10 pour passer l’examen du code à 9h30 donc j’arrive à 8h40 (normal je suis stressée). Le temps passe, je me les pèle dehors par – 40 degrés et je ne suis même pas sûre d’être au bon endroit car rien n’est correctement signalé sur les portes des bâtiments, je bougonne dans mon masque. Il est 9h35 quand une voiture déboule, une dame en sort et dit tout essoufflée : « Panne de réveil, ça arrive à tout le monde ». Elle déverrouille la porte de la salle si fort que la poignée lui reste dans les mains, bon visiblement ce n’est pas sa journée donc on va éviter de contrarier la dame. Elle lance tels des frisbees les tablettes sur nos tables et c’est parti pour l’examen dans un froid glacial à cause de la porte cassé, merci bien. Mention spéciale à la dame qui a essayé de réparer la porte tant bien que (très) mal avec le câble d’une souris d’ordinateur, je mets un 6/10 pour l’effort et l’originalité. Bref j’ai eu mon code avec 37/40 et bonne continuation madame.

Après deux confinements, la réforme du permis moto, le passage du plateau, l’examen du code, il était temps d’affronter le boss final : l’épreuve en circulation. Je vais énoncer quelques horaires pour donner un côté plus dramatique à mon histoire (tu vas comprendre). 5h, mon réveil sonne. 5h45, je monte en voiture et fais mon attestation pour le couvre-feu parce qu’il est sacrément tôt. 6h20, je m’équipe. 6h55, j’arrive à l’auto-école. 7h30, j’arrive au centre d’examen du permis. 7h35, les inspecteurs m’accusent de fraude à l’obtention du code car mes résultats ne sont pas remontés sur leur site et que l’e-mail que je leur présente est peut-être un faux, là une angoisse monte et si la dame du code dans sa précipitation avait oublié de faire une manipulation. 8h, les inspecteurs me disent gentiment (mais pas trop) qu’il est trop tôt, que les bureaux ouvrent à 9h donc qu’ils vont faire passer tous les autres candidats avant moi et que l’on parlera de mon cas plus tard. 9h, rien. 10h, rien. 10h30, ils ne savent toujours pas mais comme j’ai une bonne tête ils acceptent de me faire passer l’épreuve « sous réserve », c’est-à-dire qu’ils vérifieront plus tard si j’ai bel et bien mon code. Après une semaine d’attente, j’ai décroché le sain graal, et je suis fière.

Alors non je n’ai pas lu ce mois-ci, j’ai vu des films et des sériés dont je ne me souviens déjà plus, mais j’ai placé toute mon énergie dans ces folles aventures.

Agathe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :